Bienvenue dans son univers !

Like us on Facebook !

Les langues


Calendrier

Planning de dédicaces
Agenda de GOS
  • Fête de la BD - Stand Glénat
    Bruxelles - Place du Palais Royal
    (Bruxelles / Belgique)
    - Samedi 3 Septembre 2016, de 15h00 à 17h00

Agenda de WALT
  • Bd Village - Cora de Messancy
    Arlon
    (Province de Luxembourg / Belgique)
    - Vendredi 30 Septembre 2016, de 16h00 à 18h00


Nouveautés

Du côté des albums
Du côté du site
  • 2 juin 2015
    Présentation de la Galerie Maghen, modification de l'affichage du planning.
  • 5 mai 2014
    Si vous désirez consulter/acheter des planches originales, un nouvel onglet est disponible dans la barre de menu !
  • 21 avril 2014
    La Technologie et les références temporelles s'affichent enfin sur le site !
    La page personnages s'enrichit aussi des intervenants des deux premiers albums.
  • 27 février 2014
    Les lieux se découvrent sur le site, et c'est le premier album qui essuie les plâtres ! Suivre cette page...
  • 27 février 2014
    Pour les personnages, vous pourrez désormais les découvrir classés par catégorie. Suivre cette page...
  • 12 février 2014
    Les Galaxiens débarquent dans le site ! Découvrez-les sur cette page.
  • 4 février 2014
    Lancement de la première mouture et des pages principales

Un peu d'histoire...



Et Gos créa le scrameustache !

Gos à sa table de dessin

Antérieurement à sa carrière d’auteur de BD, Gos fût sous-officier dans la marine nationale belge, section O.T.A.N. Chargé – en outre - de classer les photos d’ovnis prises par les pilotes de chasse, il fut, dès lors, sensibilisé à ce grand questionnement de l’humanité.

A cette époque (début des années 60), la conquête spatiale en était à son âge d’or et en préambule à l’envoi d’astronautes dans l’espace, les russes comme les américains avaient d’abord envoyé des animaux dans les premières fusées.

L’idée de génie de Gos fut donc celle-ci : si une civilisation extraterrestre intelligente et relativement proche de la nôtre voulait entrer en contact avec nous, elle pourrait envoyer sur Terre, en éclaireur, un petit animal doué d’intelligence dans une soucoupe volante... Le concept du Scrameustache était né !


Gos à sa table de dessin

Arrivée de Walt dans l'univers

Durant la réalisation des premières planches du tome 12 ("La saga de Thorgull"), Gos intègre son fils Walter, alias Walt, à la conception des planches du Scrameustache. D'abord délégué à l'encrage des crayonnés et au lettrage, Walt va s'impliquer petit à petit dans toutes les étapes de la création dans les tomes suivants, jusqu'à réaliser un premier tome à lui tout seul : "Le Président Galaxien".



Les thèmes de la série

L'écologie

Elle est toujours au centre des préoccupations du Scrameustache et des Galaxiens qui, dès l’album "Les Galaxiens" (Tome 7), luttent contre un pollueur. Le respect de l’environnement transparaît dans de nombreux albums comme "Le grand retour" qui met en scène un monde ravagé par l’arme atomique, en forme d’avertissement : si nous ne préservons pas la nature, nous pourrions en arriver là ! Cette mise en garde était déjà présente dans "Le fantôme de l’espace".

Dans le cadre du respect de l’environnement, citons également l’album "Les Petits Gris" ou encore "La saga de Thorgul" qui verra l’Oncle Georges restaurer sa maison de manière remarquable à l’aide des Galaxiens et leurs techniques de pointe.

L'humour

Il est toujours présent en toile de fond. De plus, la série compte des albums qui lui sont entièrement consacrés : "Le stagiaire", "Les Galaxiens s’en vont en Gags", "Chroniques Galaxiennes", "Le bêtisier Galaxien"...

La Science-Fiction

Evidemment le grand thème ! La série de bande dessinée "Le Scrameustache" étant apparue dans la mouvance du courant dit du "réalisme fantastique" des années '60, les sciences avancées (les voyages interstellaires, temporels, les rayons-miracles, etc.) sont toujours mises au service du bien être de l’homme... et des extraterrestres. Même les effets des armes du Scrameustache ou des Galaxiens sont toujours limités ou dissuasifs (transformation en statue de sel, rayons paralysants et "flottants").

La science et la technique bénéficient aussi également d’explications simples et claires qui placent la connaissance scientifique à la portée des enfants.

L’un des premiers sujets de science-fiction développé par GOS fut l’attrait pour les OVNIS. En effet, dans le premier album "L’héritier de l’Inca", Khéna, très intrigué par des lumières et des bruits bizarres, fait une rencontre du troisième type avec le Scrameustache. En outre, cet album fait aussi référence "aux pistes de Nazca" situées au Pérou et qui font étrangement penser à des lieux aménagés pour l’atterrissage d’engins volants.

Tout au long de la saga du Scrameustache, il sera souvent signifié la théorie selon laquelle des êtres venus d’une autre planète sont venus ponctuellement apporter la connaissance à l’humanité, tout au long de milliers d’années. Citons par exemple "Le fantôme du cosmos" où Snopsy, un extraterrestre, est venu récupérer sur Terre un cône reprenant toutes les connaissances laissées par son peuple aux terriens.

Le message positif de paix et de respect de l'autre

Il ressort de l’œuvre un profond message de paix, les armes du Scrameustache ne tuent pas. Les Galaxiens sont de grands pacifistes altruistes et tentent d’ériger une société ouverte, démocratique et participative où tout le monde trouve sa place. Toutefois, paradoxalement, ils doivent se battre pour sauvegarder cette liberté.

Le Scrameustache constitue également un plaidoyer pour l’acceptation de l’autre et de sa différence. Prenons l’exemple des albums "La fugue du Scrameustache" et "Les Galaxiens" : les extraterrestres y font d’abord l’objet de curiosité ; les médias et l’armée s’y intéressent. Ensuite c’est le rejet, ils sont accusés de tous les maux. Les extraterrestres doivent alors faire leurs preuves en confondant un pollueur. Ils sont alors plus ou moins acceptés par les humains. C’est tout notre comportement vis-à-vis des étrangers qui est ici exposé et mis en cause.

De même, l’album "Les enfants de l’arc-en-ciel" constitue un vibrant plaidoyer anti-raciste.

La Magie

Elle est présente dès le deuxième album "Le Magicien de la Grande Ourse", dans lequel un horrible magicien à tête de rapace utilise ses pouvoirs pour asservir les humains et les exploiter à son profit.

Le Scrameustache est également doté de pouvoirs paranormaux, comme la transmission de pensée.

La magie et la sorcellerie sont aussi fortement représentées dans des albums comme "Le prince des Galaxiens" où il est question de druide, d’envoûtement et de Trolls. Dans "L’œuf astral" on y parle de lutins, d’envoûtements… "L’épreuve du sablier" fait également la part belle aux envoûtements et à la quête initiatique...

L’exotisme – La découverte de pays et d'époques

Là, nous retrouvons la BD qui fait rêver, qui ouvre l’esprit à de nouveaux sujets, de nouvelles idées, d’autres horizons... Les exemples sont légions.

Le Scrameustache nous fait découvrir des lieux comme le Pérou dans "L’héritier de l’Inca", la Bretagne dans "Le Magicien de la Grande Ourse", "Le prince des Galaxiens", le Canada dans "Le totem de l’espace", le Tibet dans "La caverne tibétaine"...

Au travers des folles aventures du Scrameustache, on visite des planètes lointaines et des terres oubliées telles que le Continent des Deux Lunes, Aktarka, etc. Vous pouvez le constater dans les albums "La caverne tibétaine" et "Le cristal des Atlantes", entre autres.

Grâce au Scrameustache, on voyage aussi au travers des époques passées et futures...